site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Les Sépultures chasséennes du site de Narbons à Montesquieu-de-Lauragais (Haute-Garonne) [Extrait] / Yaramila Tchérémissinoff, Hélène Martin, Myriam Texier et Jean Vaquer

Publication : 2005 In : Gallia Préhistoire, 47Description : p. 1-32 : 21 fig., 7 tabl.Langue : Français. Auteur principal: Texier, Myriam Auteur principal: Vaquer, Jean (1950-....) Auteur principal: Tchérémissinoff, Yaramila (19..) Auteur principal: Martin, Hélène (1954-....) Résumé : Le site de Narbons (commune de Montesquieu-de-Lauragais, Haute-Garonne) identifié comme un établissement médiéval a été fouillé en août 1999 dans le cadre de fouilles de sauvetage réalisées par l'AFAN sur le tracé de l'autoroute A 66. Toutefois six fosses, dont quatre contenaient des sépultures, ont pu être attribuées au Néolithique. Les inhumations se trouvaient dans des creusements asssez profonds, dont les sections étaient majoritairement oblongues ou subrectangulaires. Aucun des individus n'était au contact des fonds, ce qui pose le problème de la destination primaire des structures qui pourraient être des puits réutilisés à des fins funéraires. Les sédiments dans lesquels se trouvaient les sépultures étaient homogènes, sauf ceux de la fosse cylindrique qui contenait des rejets à plusieurs niveaux. On relève trois sépultures individuelles (un adulte et deux enfants) et une sépulture double d'adultes qui ont été déposés simultanément ou dans un laps de temps très court et qui pourraient être apparentés en raison de la constatation sur les deux sujets d'une anomalie, peut-être d'origine génétique (amincissement dysplasique de la voûte crânienne). Tous les individus présentaient des inflexions plus ou moins marquées des membres, mais les positions sont assez variées. Les données ostéologiques et sédimentaires témoignent plutôt en faveur d'une décomposition des corps en espace confiné. C'est indéniablement le cas pour la sépulture double dont la disposition des os implique un système de protection. Aucun élément de mobilier n'apparaît de façon évidente comme une offrande, mais les éléments associés ou dissociés ont parfois fait l'objet d'agencements particuliers. La majorité des comblements s'étant mis en place rapidement, on ne peut rejeter totalement la possibilité d'une relation d'ordre symbolique entre ces éléments et la mise en place des défunts au moment de la condamnation des structures. Les datations absolues et, dans un cas, le mobilier associé révèlent que ce petit ensemble appartient au Néolithique moyen ; trois sépultures sont à placer au début du Chasséen, alors qu'une autre appartient incontestablement à l'étape finale de cette culture..Sujets:pathologie -- paléontologie humaine -- rite funéraire -- sépulture -- pratique funéraire -- archéozoologie -- biologie -- puits -- crâne -- déformation crânienne -- anthropologie physique Chrono:Préhistoire -- Néolithique moyen -- Néolithique Lieux:Europe méditerranéenne -- France -- Midi-Pyrénées -- Département de la Haute-Garonne Topo: Narbons Peuples:Chasséen -- Chasséen Mots libres: Montesquieu-de-Lauragais -- Montesquieu-Lauragais .
Current location Call number Status Date due Barcode
Aix-en-Provence : LAMPEA – Bibliothèque de Préhistoire
in Revues [123] (Browse shelf) Available ESEP200702525
Bordeaux (Pessac) : PACEA - De la Préhistoire à l’Actuel
PACEA A3P TAP 1047 (Browse shelf) Available PACTAP2005A/09
Caen : SDA Calvados
BIBLIO SDA CALVADOS (Browse shelf) Available
Nanterre : MSH Mondes - Gallia - Tables de la revue
P 593 (Browse shelf) Available GP0547001
Rennes : SRA Bretagne et CReAAH CNRS
SRA/D.1/47 (Browse shelf) Available AREN/SRA065262

Bibliogr. p. 30-32

Le site de Narbons (commune de Montesquieu-de-Lauragais, Haute-Garonne) identifié comme un établissement médiéval a été fouillé en août 1999 dans le cadre de fouilles de sauvetage réalisées par l'AFAN sur le tracé de l'autoroute A 66. Toutefois six fosses, dont quatre contenaient des sépultures, ont pu être attribuées au Néolithique. Les inhumations se trouvaient dans des creusements asssez profonds, dont les sections étaient majoritairement oblongues ou subrectangulaires. Aucun des individus n'était au contact des fonds, ce qui pose le problème de la destination primaire des structures qui pourraient être des puits réutilisés à des fins funéraires. Les sédiments dans lesquels se trouvaient les sépultures étaient homogènes, sauf ceux de la fosse cylindrique qui contenait des rejets à plusieurs niveaux. On relève trois sépultures individuelles (un adulte et deux enfants) et une sépulture double d'adultes qui ont été déposés simultanément ou dans un laps de temps très court et qui pourraient être apparentés en raison de la constatation sur les deux sujets d'une anomalie, peut-être d'origine génétique (amincissement dysplasique de la voûte crânienne). Tous les individus présentaient des inflexions plus ou moins marquées des membres, mais les positions sont assez variées. Les données ostéologiques et sédimentaires témoignent plutôt en faveur d'une décomposition des corps en espace confiné. C'est indéniablement le cas pour la sépulture double dont la disposition des os implique un système de protection. Aucun élément de mobilier n'apparaît de façon évidente comme une offrande, mais les éléments associés ou dissociés ont parfois fait l'objet d'agencements particuliers. La majorité des comblements s'étant mis en place rapidement, on ne peut rejeter totalement la possibilité d'une relation d'ordre symbolique entre ces éléments et la mise en place des défunts au moment de la condamnation des structures. Les datations absolues et, dans un cas, le mobilier associé révèlent que ce petit ensemble appartient au Néolithique moyen ; trois sépultures sont à placer au début du Chasséen, alors qu'une autre appartient incontestablement à l'étape finale de cette culture.

There are no comments for this item.

to post a comment.