site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

L'Hypogée paléochrétien des Orants à Constanta (Roumanie), l'ancienne Tomis [Extrait] / Alix Barbet et Mihai Bucovala ; avec la collab. de Claude Coupry et Gérard Sagon, Ion Istudor [et al.]

Publication : 1996 In : Mélanges de l'Ecole française de Rome. Antiquité, 108 fasc. 1, ISSN 0223-5102Description : p. 105-158 : ill.Langue : Français. Auteur principal: Barbet, Alix (1940-....) Co-auteur: Bucovala, Mihai Résumé : L'hypogée des Orants découvert à Constanta, daté du milieu du IVe siècle, est un des deux monuments sûrement paléochrétiens de la cité. On y voit deux orants, dont un auréolé. Sur les murs latéraux, on distingue avec difficulté des scènes de banquet, où les convives sont allongés sur un stibadium autour d'une table circulaire, accompagnés de serviteurs, thème emprunté à la symbolique funéraire romaine. Les neuf squelettes sont en majorité des enfants et des adolescents. Ils avaient été sans doute déposés sur le lit funéraire dont on a retrouvé la trace des montants sur une des parois, comme dans le tombeau dit du Banquet de la même cité. Parmi les pigments habituels on note du rouge cinabre pour certains détails, indice d'une qualité indéniable, dont l'état d'usure actuel du décor rend mal compte, malgré le recours à la photographie en UV fluorescence pour en lire mieux les détails..Sujets:hypogée -- peinture -- iconographie -- pratique funéraire -- christianisme -- Paléochrétiens -- orant Chrono:Antiquité tardive -- Haut Moyen Âge Lieux:Roumanie -- Constanta -- Tomis
Current location Call number Status Date due Barcode
Besançon : ISTA - Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité
Cr-Per 040-108.1 (Browse shelf) Available ISTA26446
Saint-Germain-en-Laye : MAN - Musée d'archéologie nationale
Réserve (Browse shelf) Available MAN006754

Notes bibliogr.

L'hypogée des Orants découvert à Constanta, daté du milieu du IVe siècle, est un des deux monuments sûrement paléochrétiens de la cité. On y voit deux orants, dont un auréolé. Sur les murs latéraux, on distingue avec difficulté des scènes de banquet, où les convives sont allongés sur un stibadium autour d'une table circulaire, accompagnés de serviteurs, thème emprunté à la symbolique funéraire romaine. Les neuf squelettes sont en majorité des enfants et des adolescents. Ils avaient été sans doute déposés sur le lit funéraire dont on a retrouvé la trace des montants sur une des parois, comme dans le tombeau dit du Banquet de la même cité. Parmi les pigments habituels on note du rouge cinabre pour certains détails, indice d'une qualité indéniable, dont l'état d'usure actuel du décor rend mal compte, malgré le recours à la photographie en UV fluorescence pour en lire mieux les détails.

There are no comments for this item.

to post a comment.