site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

A propos de ce que l'on appelle les "roches vertes" en archéologie [Extrait] / Danielle Santallier, Jean-Pierre Fillon et André Mignot

Publication : 1998 In : Revue d'archéométrie, 22, ISSN 0399-1237Description : p. 45-55 : 2 fig., 6 phot., 1 tablLangue : Français. Auteur principal: Santallier, Danielle Co-auteur: Fillion, Jean-Pierre ; Mignot, AndréRésumé : L'emploi pas toujours très rigoureux du vocabulaire et de la nomenclature pétrographique par les archéologues peut conduire à une certaine confusion dans la détermination des matériaux utilisés par les préhistoriques. Cette confusion peut avoir des conséquences sérieuses lorsque l'on passe à l'étape de la recherche des sites d'exploitation. Un exemple particulièrement typique est celui du terme de "Roche Verte" qui a été employé pour tant de matériaux différents - aussi bien par les géologues que par les archéologues d'ailleurs - qu'il est devenu extrêmement suspect. Notre propos est d'essayer de clarifier cette situation à partir de l'exemple de 9 objets provenant de la région du Jura (Bugey et Franche-Comté) et tous réputés jusqu'ici en "Roche Verte"..Sujets:pétrographie -- hache polie -- roche -- terminologie -- provenance -- matière première -- géologie -- méthodologie -- roche verte Chrono:Néolithique -- Protohistoire -- Préhistoire Lieux:Massif du Jura -- Franche-Comté -- Département de l'Ain -- Rhône-Alpes -- Département du Doubs -- France Mots libres: lame mince .
Current location Call number Status Date due Barcode
Aix-en-Provence : LAMPEA – Bibliothèque de Préhistoire
Revues (Browse shelf) Available ESEP14544
Rennes : SRA Bretagne et CReAAH CNRS
SRA/D.8/22 (Browse shelf) Available AREN/SRA038394
Saint-Germain-en-Laye : MAN - Musée d'archéologie nationale
Réserve (Browse shelf) Available MAN008912
Toulouse : TRACES
1765-22 (Browse shelf) Available BACA027990

Résumés en fr., angl

Bibliogr. p. 54-55

L'emploi pas toujours très rigoureux du vocabulaire et de la nomenclature pétrographique par les archéologues peut conduire à une certaine confusion dans la détermination des matériaux utilisés par les préhistoriques. Cette confusion peut avoir des conséquences sérieuses lorsque l'on passe à l'étape de la recherche des sites d'exploitation. Un exemple particulièrement typique est celui du terme de "Roche Verte" qui a été employé pour tant de matériaux différents - aussi bien par les géologues que par les archéologues d'ailleurs - qu'il est devenu extrêmement suspect. Notre propos est d'essayer de clarifier cette situation à partir de l'exemple de 9 objets provenant de la région du Jura (Bugey et Franche-Comté) et tous réputés jusqu'ici en "Roche Verte".

There are no comments for this item.

to post a comment.