site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Parasitoses liées à l'alimentation chez les populations néolithiques du lac de Chalain (Jura, France) [Extrait] / Sophie Dommelier [et al.]

Publication : 1998 In : Anthropozoologica, 27Description : p. 41-49 : 6 fig.Langue : Français.Autres auteurs: Dommelier, Sophie. ; Bentrad, Samira. ; Bouchet, Françoise (1944-....) . ; Paicheler, Jean-Claude. ; Pétrequin, Pierre (1943-....) . .Résumé : L'étude paléoparasitologique du site néolithique lacustre de Chalain a porté sur des coprolithes qui ont livré de nombreuses formes de résistance (oeufs) d'helminthes. La présence in situ de ces éléments parasitaires atteste du développement de plusieurs parasitoses directement liées aux habitudes alimentaires : ichtyophagie (Diphyllobothrium), créatophagie (Taenia), phytophagie (Fasciola). La transmission de ces parasitoses était favorisée par le mode de préparation des repas et une hygiène insuffisante. Le cycle biologique des différentes formes parasitaires reconnues est discuté. L'hypothèse d'hôtes différents au Néolithique dans certains cycles biologiques est avancée..Sujets:alimentation -- pathologie -- anthropologie physique -- coprolithe -- pêche -- palafitte -- parasitologie Chrono: Néolithique Lieux:Département du Jura -- Lac de Chalain
Current location Call number Status Date due Barcode
Aix-en-Provence : LAMPEA – Bibliothèque de Préhistoire
Revues [329] (Browse shelf) Available ESEP15551
Toulouse : TRACES
PER 1535-27 (Browse shelf) Available

L'étude paléoparasitologique du site néolithique lacustre de Chalain a porté sur des coprolithes qui ont livré de nombreuses formes de résistance (oeufs) d'helminthes. La présence in situ de ces éléments parasitaires atteste du développement de plusieurs parasitoses directement liées aux habitudes alimentaires : ichtyophagie (Diphyllobothrium), créatophagie (Taenia), phytophagie (Fasciola). La transmission de ces parasitoses était favorisée par le mode de préparation des repas et une hygiène insuffisante. Le cycle biologique des différentes formes parasitaires reconnues est discuté. L'hypothèse d'hôtes différents au Néolithique dans certains cycles biologiques est avancée.

There are no comments for this item.

to post a comment.