site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Coexistencia y transformaciones en las formas de dependencia del trabajo agricola [Extrait] / [Placido Suarez, Domingo]

Publication : 1998 In : L'Africa romana. XII, vol 2, Atti dell'XII convegno di studio, Olbia 12-15 dicembre 1996, a cura di Mustapha Khanoussi, Paola Ruggeri e Cinzia Vismara. SassariDescription : p. 985-995Langue : Espagnol . Auteur principal: Placido Suarez, Domingo Co-auteur: Alvar, Jaime Résumé : L'auteur aborde, dans cet article, l'évolution des formes de dépendance du travail agricole liée à la colonisation romaine de l'Espagne. La restructuration des terres au profit des colons a effectivement engendré un nouveau type de relations entre dépendants et maîtres, populations autochtones et immigrées, et entre les différents groupes sociaux ibériques eux-mêmes. Les formes d'organisation tribale sont modifiées par l'arrivée de l'esclavage, apporté par les colonisateurs phéniciens, qui se développe énormément. En plus de l'esclavage classique, il existe une sorte de dépendance collective, maintenue par la présence de l'armée. On trouve également des collectivités politiquement organisées, qui jouissent d'une certaine indépendance. Bien qu'il existât des terres propriétés de l'Etat, on ne peut mesurer l'incidence de leur existence sur la structure de la propriété. Les auteurs étudient le décret du bronze de Lascuta, qui concerne la liberté des Hastensium servi. Les travailleurs doivent s'adapter aux nouveaux propriétaires terriens, ce qui donne naissance à d'autres formes d'exploitation, par exemple à des formes spécifiquement romaines, sans lien avec les traditions indigènes. Il faut noter que l'esclavage n'est pas un apport romain, mais existait déjà auparavant. (C.S.).Sujets:dépendance -- agriculture -- colonisation romaine -- province -- esclavage -- esclave Chrono: Antiquité romaine Lieux:Afrique du Nord -- Monde romain occidental -- Espagne -- Péninsule ibérique Mots libres: travail agricole .
Current location Call number Status Date due Barcode
Besançon : ISTA - Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité
Cr-B 0719-12.2 (Browse shelf) Available ISTA28914

Pubblicazioni del Dipartimento di Storia dell'Università degli Studi di Sassari ; 31

L'auteur aborde, dans cet article, l'évolution des formes de dépendance du travail agricole liée à la colonisation romaine de l'Espagne. La restructuration des terres au profit des colons a effectivement engendré un nouveau type de relations entre dépendants et maîtres, populations autochtones et immigrées, et entre les différents groupes sociaux ibériques eux-mêmes. Les formes d'organisation tribale sont modifiées par l'arrivée de l'esclavage, apporté par les colonisateurs phéniciens, qui se développe énormément. En plus de l'esclavage classique, il existe une sorte de dépendance collective, maintenue par la présence de l'armée. On trouve également des collectivités politiquement organisées, qui jouissent d'une certaine indépendance. Bien qu'il existât des terres propriétés de l'Etat, on ne peut mesurer l'incidence de leur existence sur la structure de la propriété. Les auteurs étudient le décret du bronze de Lascuta, qui concerne la liberté des Hastensium servi. Les travailleurs doivent s'adapter aux nouveaux propriétaires terriens, ce qui donne naissance à d'autres formes d'exploitation, par exemple à des formes spécifiquement romaines, sans lien avec les traditions indigènes. Il faut noter que l'esclavage n'est pas un apport romain, mais existait déjà auparavant. (C.S.)

There are no comments for this item.

to post a comment.