site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

La Economia de la peninsula iberica durante el Neolitico sus inicios [Extrait] / Isabel Rubio de Miguel

Publication : 1982 In : Le Néolithique ancien méditerranéen. Actes du colloque international de préhistoire, Montpellier, 1981. SèteDescription : p. x-xLangue : Espagnol . Auteur principal: Rubio de Miguel, Isabel Résumé : Même dans le cas où les sites néolithiques initiaux font apparaître une faune sauvage majoritaire, la progression des ovicapridés, ainsi que celle des autres animaux domestiques, est ensuite rapide, alors que le pourcentage des animaux sauvages (cerf) régresse. En ce qui concerne l'agriculture, l'auteur rappelle les découvertes de blé et orge de la Sarsa, de la Cariguëla (Grenade) et de la Cova del Or dont les différents échantillons sont examinés et appréciés en pourcentage et en signification. Elle signale ensuite les quelques outils présumés agricoles (bâton à fouir, haches et herminettes, meules faucilles et lames à lustré de céréales). L'auteur indique qu'il ne lui semble pas possible de définir un stade néolithique précéramique et que l'économie de production apparaît en même temps que la première culture néolithique à céramique cardiale, et que sa diffusion paraît avoir été assez rapide (Huesca). Il n'apparaît pas de témoignage d'activités de collecte à grande échelle. Mais celle-ci reste possible, notamment en ce qui concerne les coquillages. En ce qui concerne la domestication en milieu mésolithique, il doit s'agir d'un phénomène d'acculturation. Si certaines espèces existantes pouvaient effectivement être domestiquées et ne nécessitaient pas une introduction préalable, l'idée même de domestication a pu par contre être acquise..
Current location Call number Status Date due Barcode
Toulouse : TRACES
804-7 (Browse shelf) Available BACA012207

suite de la fiche 120421 pour le résumé

Même dans le cas où les sites néolithiques initiaux font apparaître une faune sauvage majoritaire, la progression des ovicapridés, ainsi que celle des autres animaux domestiques, est ensuite rapide, alors que le pourcentage des animaux sauvages (cerf) régresse. En ce qui concerne l'agriculture, l'auteur rappelle les découvertes de blé et orge de la Sarsa, de la Cariguëla (Grenade) et de la Cova del Or dont les différents échantillons sont examinés et appréciés en pourcentage et en signification. Elle signale ensuite les quelques outils présumés agricoles (bâton à fouir, haches et herminettes, meules faucilles et lames à lustré de céréales). L'auteur indique qu'il ne lui semble pas possible de définir un stade néolithique précéramique et que l'économie de production apparaît en même temps que la première culture néolithique à céramique cardiale, et que sa diffusion paraît avoir été assez rapide (Huesca). Il n'apparaît pas de témoignage d'activités de collecte à grande échelle. Mais celle-ci reste possible, notamment en ce qui concerne les coquillages. En ce qui concerne la domestication en milieu mésolithique, il doit s'agir d'un phénomène d'acculturation. Si certaines espèces existantes pouvaient effectivement être domestiquées et ne nécessitaient pas une introduction préalable, l'idée même de domestication a pu par contre être acquise.

There are no comments for this item.

to post a comment.