site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Nuova sepoltura gravettiana nella Grotta Paglicci (promontorio del Gargano) [Extrait] / Franco Mezzena, Arturo Palma di Cesnola

Publication : 1990 In : Rivista di scienze preistoriche, 42 (1989-1990) fasc. 1/2Description : p. 3-29 : 14 fig.Langue : Italien. Auteur principal: Mezzena, Franco Co-auteur: Palma di Cesnola, Arturo Résumé : Les auteurs décrivent une sépulture d'âge gravettien, qu'ils viennent de découvrir (fouilles 1988-89) dans la grotte Paglicci (Mont Gargane, Pouilles). Il s'agit d'une jeune femme appartenant à la race de Cro-Magnon, dont le squelette était contenu dans une fosse (de 40 cm environ de profondeur) creusée dans la couche gravetienne 21. Cette fosse présentait à sa base une cavité artificielle, fouillée horizontalement dans le dépôt, qui abritait le crâne et l'épaule droite. D'après les datations 14C déjà obtenues pour la couche 21, la sépulture ne peut pas être postérieure à 23.040 + ou - 380 ans BP (âge auquel remonte le niveau 21A, recouvrant, intact, la fosse), ni antérieure à 23.470 + ou - 370 ans BP (date se référant au 21B, le plus haut parmi les niveaux coupés de la même fosse). La jeune femme de Paglicci gisait en position dorsale, le crâne légèrement tourné sur la gauche, les avant-bras convergents vers l'axe moyen du corps, les mains posées l'une à côté de l'autre sur le pubis. En ce qui concerne les membres inférieurs, les fémurs conservaient leur position originaire (parallèles entre eux). Des tibias et des péronés, au contraire, on n'a retrouvé que des éléments fragmentaires et sans connexion ; cela en correspondance d'une fosse naturelle, transversale, remplie par du terrain remanié. Les pieds, représentés seulement par leurs phalanges et leurs métatarses, étaient placés sur une proéminence rocheuse de la paroi, 40-50 cm au dessus de la partie principale du squelette. D'après l'étude géologique qu'on a faite du remplissage de la grotte, la sépulture aurait été divisée en deux parties à la suite d'un effondrement subit par le dépôt gravettien. Au cours de la fouille du remplissage de la fosse on a rencontré une véritable séquence stratigraphique artificielle, comprenant, en haut, un niveau argileux de couverture, en bas deux surfaces parsemées d'ossements d'animaux et d'outils de silex. La même séquence a été observée aussi dans la fosse contenant les pieds. Le squelette était recouvert d'ocre, qui paraît concentré spécialement en correspondance du crâne, du bassin et des pieds. La parure était représentée par une série de sept dents percées de Cerf, disposées transversalement sur la tête (diadème). Le mobilier funéraire consistait en deux burins, un grattoir fragmentaire, une lame, un éclat de silex très altéré, un fragment de coquille de Pecten..Topo: Grotta Paglicci Pactols Sujet : sépulturegrottegrotte sépulcralemobilier funéraireindustrie lithiqueanthropologie biologiquetête osseuseocreobjet perforédentobjet perforérituel funéraireinhumationGravettienPactols Lieu : ItaliePouillesGarganoPactols Époque : PaléolithiquePaléolithique supérieur
Current location Call number Status Date due Barcode
Toulouse : TRACES
734-42-1/2 (Browse shelf) Available BACA012460

Les auteurs décrivent une sépulture d'âge gravettien, qu'ils viennent de découvrir (fouilles 1988-89) dans la grotte Paglicci (Mont Gargane, Pouilles). Il s'agit d'une jeune femme appartenant à la race de Cro-Magnon, dont le squelette était contenu dans une fosse (de 40 cm environ de profondeur) creusée dans la couche gravetienne 21. Cette fosse présentait à sa base une cavité artificielle, fouillée horizontalement dans le dépôt, qui abritait le crâne et l'épaule droite. D'après les datations 14C déjà obtenues pour la couche 21, la sépulture ne peut pas être postérieure à 23.040 + ou - 380 ans BP (âge auquel remonte le niveau 21A, recouvrant, intact, la fosse), ni antérieure à 23.470 + ou - 370 ans BP (date se référant au 21B, le plus haut parmi les niveaux coupés de la même fosse). La jeune femme de Paglicci gisait en position dorsale, le crâne légèrement tourné sur la gauche, les avant-bras convergents vers l'axe moyen du corps, les mains posées l'une à côté de l'autre sur le pubis. En ce qui concerne les membres inférieurs, les fémurs conservaient leur position originaire (parallèles entre eux). Des tibias et des péronés, au contraire, on n'a retrouvé que des éléments fragmentaires et sans connexion ; cela en correspondance d'une fosse naturelle, transversale, remplie par du terrain remanié. Les pieds, représentés seulement par leurs phalanges et leurs métatarses, étaient placés sur une proéminence rocheuse de la paroi, 40-50 cm au dessus de la partie principale du squelette. D'après l'étude géologique qu'on a faite du remplissage de la grotte, la sépulture aurait été divisée en deux parties à la suite d'un effondrement subit par le dépôt gravettien. Au cours de la fouille du remplissage de la fosse on a rencontré une véritable séquence stratigraphique artificielle, comprenant, en haut, un niveau argileux de couverture, en bas deux surfaces parsemées d'ossements d'animaux et d'outils de silex. La même séquence a été observée aussi dans la fosse contenant les pieds. Le squelette était recouvert d'ocre, qui paraît concentré spécialement en correspondance du crâne, du bassin et des pieds. La parure était représentée par une série de sept dents percées de Cerf, disposées transversalement sur la tête (diadème). Le mobilier funéraire consistait en deux burins, un grattoir fragmentaire, une lame, un éclat de silex très altéré, un fragment de coquille de Pecten.

There are no comments for this item.

to post a comment.