site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Tête sans corps, corps sans tête. De certaines pratiques funéraires en Italie méridionale et en Sicile (VIIIe-Ve siècle avant J.-C.) [Extrait] / [Mercuri, Laurence]

Publication : 2001 In : Mélanges de l'Ecole Française de Rome. Antiquité, 113 fasc. 1, ISSN 0223-5102Description : p. 7-31Langue : Français. Auteur principal: Mercuri, Laurence (1965-....) Résumé : L'absence d'études anthropologiques a conduit à l'identification hâtive de nombreux cas d'acéphalie et de dépôt de crânes en milieu colonial de Grande Grèce et de Sicile. Un examen de la documentation disponible met en évidence le caractère au contraire exceptionnel de ces gestes funéraires, particulièrement de l'acéphalie. Dans ce contexte, la Sicile apparaît comme un laboratoire d'étude privilégié, avec, au premier rang, la nécropole indigène de Butera, près de Géla, qui atteste la majorité des cas de dépositions de crânes accompagnées de particularités rituelles. Outre que la signification de telles pratiques échappe, la confrontation avec les rites funéraires de Prinias ne permet pas à l'heure actuelle de soutenir l'hypothèse d'une origine crétoise du dépôt de crânes ni même, sur un plan plus général, de considérer tant cette pratique que l'acéphalie comme des usages introduits par les Grecs..Sujets:pratique funéraire -- dépôt funéraire -- crâne -- nécropole -- rite funéraire Chrono:Antiquité grecque -- époque classique grecque -- époque archaïque Lieux:Sicile -- Italie méridionale Mots libres: Butera .
Current location Call number Status Date due Barcode
Besançon : ISTA - Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité
Cr-Per 040-113.1 (Browse shelf) Available ISTA31249

L'absence d'études anthropologiques a conduit à l'identification hâtive de nombreux cas d'acéphalie et de dépôt de crânes en milieu colonial de Grande Grèce et de Sicile. Un examen de la documentation disponible met en évidence le caractère au contraire exceptionnel de ces gestes funéraires, particulièrement de l'acéphalie. Dans ce contexte, la Sicile apparaît comme un laboratoire d'étude privilégié, avec, au premier rang, la nécropole indigène de Butera, près de Géla, qui atteste la majorité des cas de dépositions de crânes accompagnées de particularités rituelles. Outre que la signification de telles pratiques échappe, la confrontation avec les rites funéraires de Prinias ne permet pas à l'heure actuelle de soutenir l'hypothèse d'une origine crétoise du dépôt de crânes ni même, sur un plan plus général, de considérer tant cette pratique que l'acéphalie comme des usages introduits par les Grecs.

There are no comments for this item.

to post a comment.