site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

La Perception grecque du territoire sacré [Extrait] / [Rudhardt, Jean]

Publication : 2001 In : Mélanges de l'Ecole Française de Rome. Antiquité, 113 fasc. 1, ISSN 0223-5102Description : p. 175-188Langue : Français. Auteur principal: Rudhardt, Jean Résumé : Un rapide examen du vocabulaire grec relatif à ce que nous nommons "espace" nous renvoie à un ensemble de perceptions concrètes et matérielles. Les objets que les Grecs qualifient de "sacré" (hièros) sont eux aussi diversifiés, et toujours dotés d'une qualité matérielle. Parmi ces objets, certains lieux sont privilégiés. Le bois sacré de Colone, par exemple, est reconnu comme tel sans qu'il soit besoin de faire appel à un marqueur : aucune statue, aucun autel ne désigne d'abord la qualité sacré de l'endroit. La reconnaissance de cette qualité suppose donc, de la part des grecs, une autre démarche que celle de l'iconologue. La présence d'une image cultuelle ou d'un autre signe permettra tout au plus d'identifier les dieux dont on pressent la présence et auxquels l'endroit, effectivement, appartient. Pour comprendre la conduite religieuse des Grecs, il importe d'entrer dans leur psychologie, et de raisonner en utilisant leurs concepts, dans l'espoir de partager les sentiments qu'ils éprouvaient. Cela ne peut se faire qu'à travers une analyse de leur vocabulaire religieux..Sujets:vocabulaire -- religion -- territoire -- psychologie Peuples: Grecs Mots libres: espace sacré -- vocabulaire religieux -- imagerie religieuse -- concept .
Current location Call number Status Date due Barcode
Besançon : ISTA - Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité
Cr-Per 040-113.1 (Browse shelf) Available ISTA31254

Un rapide examen du vocabulaire grec relatif à ce que nous nommons "espace" nous renvoie à un ensemble de perceptions concrètes et matérielles. Les objets que les Grecs qualifient de "sacré" (hièros) sont eux aussi diversifiés, et toujours dotés d'une qualité matérielle. Parmi ces objets, certains lieux sont privilégiés. Le bois sacré de Colone, par exemple, est reconnu comme tel sans qu'il soit besoin de faire appel à un marqueur : aucune statue, aucun autel ne désigne d'abord la qualité sacré de l'endroit. La reconnaissance de cette qualité suppose donc, de la part des grecs, une autre démarche que celle de l'iconologue. La présence d'une image cultuelle ou d'un autre signe permettra tout au plus d'identifier les dieux dont on pressent la présence et auxquels l'endroit, effectivement, appartient. Pour comprendre la conduite religieuse des Grecs, il importe d'entrer dans leur psychologie, et de raisonner en utilisant leurs concepts, dans l'espoir de partager les sentiments qu'ils éprouvaient. Cela ne peut se faire qu'à travers une analyse de leur vocabulaire religieux.

There are no comments for this item.

to post a comment.