site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Spolier et confisquer dans les mondes grec et romain [ Ouvrage] : [colloque, Chambéry, 15-17 juin 2011] / textes édités par Marie-Claire Ferriès et Fabrice Delrieux

Publication : Chambéry : Université de Savoie, Laboratoire Langages Littératures Sociétés, 2013 Description : 1 vol. (511 p.) : ill., cartes, plans, couv. ill. en coul. ; 23 cmCollection : Sociétés, religions, politiques; 23, ISSN 1771-6195Titre de forme: Congrès, Chambéry, 2011-15-17 juinISBN : 9782919732067.Langue : Français.Pays : France.Autres auteurs: Ferriès, Marie-Claire (19..) . Editeur scientifique ; Delrieux, Fabrice (19..-....) . Editeur scientifique.Résumé : Spolier et confisquer évoquent tous deux une brutale expropriation mais appartiennent à des registres différents et procèdent de diverses formes juridiques. En latin, spoliare, dépouiller, désignait un acte violent, souvent illégal, qui laisse nue, au sens propre ou figuré, sa victime, geste de voleur ou de pilleur, même s'il est drapé de la majesté du pouvoir. La confiscatio indiquait au contraire une procédure publique qui consistait à adjuger des biens privés au trésor public, pour cause de crime ou de contravention. Le spolié est une victime innocente de la force et le spoliateur est illégitime, alors que confisquer revient à punir pour une faute, de manière plus ou moins juste. Ce livre réunit des contributions qui étudient les formes d’expropriations, légales ou délictueuses, effectuées dans un cadre étatique ou officiel. Il veut dégager les permanences dans la longue durée puisqu’il commence au début de l’époque classique grecque et s’arrête dans l’Antiquité tardive. Les guerres civiles, dans les cités grecques et à Rome, sont largement étudiées car elles ont constitué un terreau fertile en évictions de toutes sortes. Mais il s’agit aussi de mettre en évidence les différences entre les cités occidentales et orientales, les royaumes hellénistiques et le monde romain républicain, impérial jusqu’au tournant de l’Antiquité tardive où la spoliation apparaît parfois comme un tri dans l’héritage des périodes précédentes. La question, en effet, offre un biais original pour comprendre le fonctionnement financier, économique et juridique de ces sociétés. (Sources : 4ème de couverture).Sujets:confiscation de biens -- vie politique -- droit des biens -- peine -- propriété -- conquête -- guerre civile -- spolia -- urbanisme Chrono: Antiquité gréco-romaine Lieux:Monde grec -- Monde romain Mots libres: expropriation -- spoliation . URL: Table des matières
Current location Collection Call number Status Notes Date due Barcode
Lyon : MOM - Bibliothèque de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée
Libre accès
Papier HCL DE60. S64 2011 (Browse shelf) Available 131223
Nanterre : MSH Mondes - Bibliothèque d’archéologie et des sciences de l’Antiquité
E.010/650 FERR (Browse shelf) Available P10 DEC HAROC 2014-03-19 4500045239

Bibliogr. en fin de contributions. Notes bibliogr.

Spolier et confisquer évoquent tous deux une brutale expropriation mais appartiennent à des registres différents et procèdent de diverses formes juridiques. En latin, spoliare, dépouiller, désignait un acte violent, souvent illégal, qui laisse nue, au sens propre ou figuré, sa victime, geste de voleur ou de pilleur, même s'il est drapé de la majesté du pouvoir. La confiscatio indiquait au contraire une procédure publique qui consistait à adjuger des biens privés au trésor public, pour cause de crime ou de contravention. Le spolié est une victime innocente de la force et le spoliateur est illégitime, alors que confisquer revient à punir pour une faute, de manière plus ou moins juste. Ce livre réunit des contributions qui étudient les formes d’expropriations, légales ou délictueuses, effectuées dans un cadre étatique ou officiel. Il veut dégager les permanences dans la longue durée puisqu’il commence au début de l’époque classique grecque et s’arrête dans l’Antiquité tardive. Les guerres civiles, dans les cités grecques et à Rome, sont largement étudiées car elles ont constitué un terreau fertile en évictions de toutes sortes. Mais il s’agit aussi de mettre en évidence les différences entre les cités occidentales et orientales, les royaumes hellénistiques et le monde romain républicain, impérial jusqu’au tournant de l’Antiquité tardive où la spoliation apparaît parfois comme un tri dans l’héritage des périodes précédentes. La question, en effet, offre un biais original pour comprendre le fonctionnement financier, économique et juridique de ces sociétés. (Sources : 4ème de couverture)

There are no comments for this item.

to post a comment.