site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Marcq-en-Ostrevent, doublement de la canalisation de gaz [Rapport de fouille] : rapport de fouilles / Christian SEVERIN

Publication : Douai : Communauté d'Agglomération du Douaisis, 2004 Description : 1 vol. (32 p.) : ill. en coul. ; 30 cmLangue : Français.Pays : France (iso). Auteur principal: Severin, Christian Résumé : La réalisation de cette opération archéologique a livré de nouveaux éléments sur la nature et la datation des occupations gallo-romaines et du haut Moyen Âge repérées à Marcq-en-Ostrevent lors du diagnostic préalable. Pour la période gallo-romaine, une partie d'un établissement daté du Ier siècle apr. J.-C., très certainement à vocation agricole, a été traversée. Les vestiges découverts sont essentiellement constitués de tronçons de fossés formant la trame d'un parcellaire structuré. Toutefois, la relative indigence du mobilier récupéré laisse à penser que l'on se trouve dans un secteur périphérique, vide de toute zone d'habitats. Il pourrait ainsi s'agir de parcelles d'exploitation ou de pacage du bétail où les vestiges sont généralement peu abondants et peu riches en rejets domestiques. La fouille a surtout été concentrée sur l'examen des structures du haut Moyen Âge. Elle a confirmé la présence à cet endroit d'un habitat modeste, sans doute isolé, daté de la fin du IXe siècle ou du début du Xe siècle, aménagé en bordure du chemin de Marcq à Aubigny. Il pourrait s'agir d'une petite exploitation agricole désignée à l'époque carolingienne sous l'appellation juridique de manse. Bien que l'on n'en posséde qu'une vision limitée, ce site tend à démontrer une nouvelle fois la complexité de l'occupation du territoire au haut Moyen Âge, formée d'une multitude de petits habitats dispersés qui ne sont souvent pas considérés à leur juste valeur au moment des diagnostics car n'étant guère signalés que par des traces ténues. Quant au groupe funéraire mis au jour au nord du site, sa datation reste incertaine bien que l'on soit tenté de l'associer, par défaut, à l'habitat carolingien..Sujets:ferme -- parcellaire -- habitat rural -- inhumation Chrono:Empire romain -- Haut Moyen Âge Lieux: Marcq-en-Ostrevent
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
(RF) 59.MAR.Sev.04 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-PIC1-0000195

La page de titre porte en plus : "Sauvetage archéologique"

La réalisation de cette opération archéologique a livré de nouveaux éléments sur la nature et la datation des occupations gallo-romaines et du haut Moyen Âge repérées à Marcq-en-Ostrevent lors du diagnostic préalable. Pour la période gallo-romaine, une partie d'un établissement daté du Ier siècle apr. J.-C., très certainement à vocation agricole, a été traversée. Les vestiges découverts sont essentiellement constitués de tronçons de fossés formant la trame d'un parcellaire structuré. Toutefois, la relative indigence du mobilier récupéré laisse à penser que l'on se trouve dans un secteur périphérique, vide de toute zone d'habitats. Il pourrait ainsi s'agir de parcelles d'exploitation ou de pacage du bétail où les vestiges sont généralement peu abondants et peu riches en rejets domestiques. La fouille a surtout été concentrée sur l'examen des structures du haut Moyen Âge. Elle a confirmé la présence à cet endroit d'un habitat modeste, sans doute isolé, daté de la fin du IXe siècle ou du début du Xe siècle, aménagé en bordure du chemin de Marcq à Aubigny. Il pourrait s'agir d'une petite exploitation agricole désignée à l'époque carolingienne sous l'appellation juridique de manse. Bien que l'on n'en posséde qu'une vision limitée, ce site tend à démontrer une nouvelle fois la complexité de l'occupation du territoire au haut Moyen Âge, formée d'une multitude de petits habitats dispersés qui ne sont souvent pas considérés à leur juste valeur au moment des diagnostics car n'étant guère signalés que par des traces ténues. Quant au groupe funéraire mis au jour au nord du site, sa datation reste incertaine bien que l'on soit tenté de l'associer, par défaut, à l'habitat carolingien.

There are no comments for this item.

to post a comment.