site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Mainvilliers (Eure-et-Loir, Région Centre) [Rapport de fouille] : Les Grandes Ruelles / Sophie Lardé ; Marie-France Creusillet, Roland Irribaria

Publication : Pantin : Inrap CIF, 2006 Description : 1 vol. (136 p. ) : ill. en noir et en coul., 70 fig. ; 30 cm.Langue : Français.Pays : France (iso), PANTIN. Auteur principal: Lardé, Sophie Co-auteur: Creusillet, Marie-France ; Irribarria, Roland (1955-....) Résumé : L’opération de diagnostic réalisée à Mainvilliers sur 15 hectares (site 28 229 008), dans le cadre du projet d’extension ouest, tranche 1, de la Z.A.C des « Grandes ruelles » a permis de découvrir principalement des vestiges protohistoriques, avec trois zones détectées. La plus ancienne, au sud de l’emprise, remonte à la fin du Villeneuve Saint Germain / début du Néolithique moyen et rassemble cinq fosses sur une surface de 625 m² et d’autres vestiges plus éloignés. Ces fosses traduisent probablement l’implantation de bâtiments dans le secteur. Plus au Nord, une zone de 4 800 m² compte 28 structures et révèle une occupation du Néolithique moyen 1, groupe de Chambon, fortement perturbée par des fosses de l’extrême fin du Bronze final. Quatre trous de poteau, dont trois sont alignés et un autre à proximité, témoigneraient de l’implantation d’un bâtiment dans un axe Est – Nord-est / Ouest – Sud-ouest, qui pourrait être du Néolithique moyen 1. Une troisième zone de la fin du Bronze final / début du Hallstatt ancien ne compte qu’une seule fosse, environnée de mobilier épars. Des vestiges de combustion, dont un four et cinq fosses de rejet de foyer, découverts sur l’ensemble de l’emprise, sont liés certainement à l’occupation néolithique. Des pierres chauffées dans une fosse de rejet révèleraient une pratique de cuisson dans des fours à pierres chauffantes, comme sur le site du Néolithique moyen 1 de Muides sur Loire (41). Ces vestiges restent cependant très arasés pour être interprétés en toute certitude. Ailleurs, les vestiges historiques ponctuent le site. Au Nord, un bâtiment très arasé, dont il ne reste que les tranchées de récupération des murs, est sans doute d’origine gallo-romaine (seconde moitié du 2ème siècle / début du 3ème siècle) et lié à l’activité agricole. Au sud, une large fosse d’extraction de matériaux est reliée à un chemin (datation incertaine). Un fossé post-gallo-romain et un chemin moderne ont également été détectés. Quelques vestiges n’ont pu être datés, faute d’indice matériel. Trois fossés joints en formant un « T » marquent certainement des limites parcellaires, sans doute organisées parallèlement et perpendiculairement à une voie ancienne sous l’actuelle RD 939. Enfin, contre la bordure nord-est de l’emprise, un puits ou une fosse d’extraction a été mis(e) au jour..Sujets:industrie lithique -- fosse -- voirie -- céramique néolithique -- céramique protohistorique -- céramique gallo-belge Chrono:Néolithique ancien -- Néolithique moyen -- Néolithique récent -- Haut Moyen Âge -- époque médiévale -- Bronze final Lieux:Croisilles (Eure-et-Loir) -- Mainvilliers
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
(RD)28. MAI. Lar. 06 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-CTR2-0000434

L’opération de diagnostic réalisée à Mainvilliers sur 15 hectares (site 28 229 008), dans le cadre du projet d’extension ouest, tranche 1, de la Z.A.C des « Grandes ruelles » a permis de découvrir principalement des vestiges protohistoriques, avec trois zones détectées.
La plus ancienne, au sud de l’emprise, remonte à la fin du Villeneuve Saint Germain / début du Néolithique moyen et rassemble cinq fosses sur une surface de 625 m² et d’autres vestiges plus éloignés.
Ces fosses traduisent probablement l’implantation de bâtiments dans le secteur.
Plus au Nord, une zone de 4 800 m² compte 28 structures et révèle une occupation du Néolithique moyen 1, groupe de Chambon, fortement perturbée par des fosses de l’extrême fin du Bronze final.
Quatre trous de poteau, dont trois sont alignés et un autre à proximité, témoigneraient de l’implantation d’un bâtiment dans un axe Est – Nord-est / Ouest – Sud-ouest, qui pourrait être du Néolithique moyen 1.
Une troisième zone de la fin du Bronze final / début du Hallstatt ancien ne compte qu’une seule fosse, environnée de mobilier épars.
Des vestiges de combustion, dont un four et cinq fosses de rejet de foyer, découverts sur l’ensemble de l’emprise, sont liés certainement à l’occupation néolithique.
Des pierres chauffées dans une fosse de rejet révèleraient une pratique de cuisson dans des fours à pierres chauffantes, comme sur le site du Néolithique moyen 1 de Muides sur Loire (41). Ces vestiges restent cependant très arasés pour être interprétés en toute certitude.
Ailleurs, les vestiges historiques ponctuent le site. Au Nord, un bâtiment très arasé, dont il ne reste que les tranchées de récupération des murs, est sans doute d’origine gallo-romaine (seconde moitié du 2ème siècle / début du 3ème siècle) et lié à l’activité agricole. Au sud, une large fosse d’extraction de matériaux est reliée à un chemin (datation incertaine). Un fossé post-gallo-romain et un chemin moderne ont également été détectés.
Quelques vestiges n’ont pu être datés, faute d’indice matériel. Trois fossés joints en formant un « T » marquent certainement des limites parcellaires, sans doute organisées parallèlement et perpendiculairement à une voie ancienne sous l’actuelle RD 939. Enfin, contre la bordure nord-est de l’emprise, un puits ou une fosse d’extraction a été mis(e) au jour.

There are no comments for this item.

to post a comment.