site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Romans-sur-Isère (Drôme) Quai Sainte Claire [Rapport de fouille] : rapport de diagnostic / sous la direction de Jean-Marc Lurol ; avec la collaboration de Sylvain Guillin, Eric Néré, Nordine Saadi

Publication : Bron : Inrap RAA, 2010 Description : 1 vol. (81 p.) : ill. en coul., cartes, plans (20 fig.), couv. ill. en coul. ; 30 cmLangue : Français.Pays : France (iso). Auteur principal: Lurol, Jean-Marc Autres auteurs: Guillin, Sylvain. Collab. ; Saadi, Nordine. Collab. ; Néré, Eric (19..) . Collab..Résumé : L’ouverture des sondages a montré d’une part la présence attendue des fondations des bâtiments de l’ancien Hôpital de la Charité démoli au cours des années 1980 et d’autre part l’existence de niveaux d’alluvions déposés par l’Isère et par son affluent la Savasse. Aucun trace d’occupation ni aucune construction antérieure à l’hôpital de la Charité n’ont été relevées. On note également l’absence de mobilier archéologique, même en position secondaire. L’ensemble de ce diagnostic s’est révélé négatif. Parallèlement aux sondages, une étude de bâti a été effectuée sur un édifice encore en place de l’ancien hôpital, appelé le « Pavillon des fous ». L’étude de bâti et des plans anciens montrent que nous sommes vraisemblablement en présence d’un bâtiment, de style Néo-classique, daté du milieu du XIXème siècle. Il pourrait s’agir à l’origine d’un édifice à vocation religieuse (présence d’étoiles à cinq branches et surtout, s’il s’agit bien de cela, de deux bénitiers) qui a servi ensuite de morgue puis de local technique. Son existence avant le XIXème s. n’est guère possible puisqu’il n’apparaît ni sur un plan d’alignement daté de 1821 ni sur le cadastre napoléonien daté de 1825. Il est visible en revanche sur un plan de 1866. Enfin, ce bâtiment n’est certainement pas une station du Grand Voyage comme semble l’indiquer l’érudit Ulysse Chevalier en 1883. Son architecture ne correspond pas aux descriptions des quarante stations du Chemin de Croix.. Sujets: édifice religieux Chrono:époque contemporaine -- XIXe siècle Mots libres: étude de bâti -- Romans-sur-Isère (Drôme) .
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
(RD).26.ROM.Lur.10 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-RHA1-0001054
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
(RD).26.ROM.Lur.10 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-RHA2-0000334

L’ouverture des sondages a montré d’une part la présence attendue des fondations des bâtiments de l’ancien Hôpital de la Charité démoli au cours des années 1980 et d’autre part l’existence de niveaux d’alluvions déposés par l’Isère et par son affluent la Savasse. Aucun trace d’occupation ni aucune construction antérieure à l’hôpital de la Charité n’ont été relevées. On note également l’absence de mobilier archéologique, même en position secondaire. L’ensemble de ce diagnostic s’est révélé négatif.

Parallèlement aux sondages, une étude de bâti a été effectuée sur un édifice encore en place de l’ancien hôpital, appelé le « Pavillon des fous ». L’étude de bâti et des plans anciens montrent que nous sommes vraisemblablement en présence d’un bâtiment, de style Néo-classique, daté du milieu du XIXème siècle. Il pourrait s’agir à l’origine d’un édifice à vocation religieuse (présence d’étoiles à cinq branches et surtout, s’il s’agit bien de cela, de deux bénitiers) qui a servi ensuite de morgue puis de local technique. Son existence avant le XIXème s. n’est guère possible puisqu’il n’apparaît ni sur un plan d’alignement daté de 1821 ni sur le cadastre napoléonien daté de 1825. Il est visible en revanche sur un plan de 1866. Enfin, ce bâtiment n’est certainement pas une station du Grand Voyage comme semble l’indiquer l’érudit Ulysse Chevalier en 1883. Son architecture ne correspond pas aux descriptions des quarante stations du Chemin de Croix.

There are no comments for this item.

to post a comment.