site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Enval (Puy-de-Dôme) [Rapport de fouille] : Indices archéologiques aux Chaumes / Sous la direction de Philippe Bet

Publication : Bron : Inrap RAA, 2011 Description : 1 vol. (82 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul., fig. ; 30 cm + 1 DVDLangue : Français.Pays : France (iso). Auteur principal: Bet, Philippe (19..-....) Résumé : Aux abords de l'agglomération riomoise, un diagnostic archéologique a été menée, à Enval, au lieudit «Les Chaumes». Les tranchées ont permis de mettre en évidence un mur (de clôture ?), une fosse-dépotoir liée à l'ancien hôpital militaire et un grand nombre de drains agricoles. Tous ces vestiges sont rattachables à l'époque contemporaine. L'examen des colluvions qui recouvrent le terrain, a permis néanmoins de recueillir des artéfacts antiques ou plus anciens à des profondeurs allant de -0,50 m à – 2m, et offrir une vision archéologique complémentaire. En effet, le mobilier céramique récolté dans les différents sondages, est relativement abondant, avec plus de 300 artefacts. Ce matériel est donc issu des couches colluvionnaires, qui se sont amassées sur le terrain pentu qui mène à l'Ambène. Sa présence n'est pas à négliger, car elle fournit des indices importants sur l'existence probable de sites archéologiques implantés sur les hauteurs qui surplombent le lotissement. Ils pourraient se trouver dès la première terrasse de l'Ambène, directement au sud-ouest de la D 405, peut-être à l'emplacement du complexe sportif ou sur le domaine militaire, dans une zone non inondable. Près de 200 restes se rattachent directement à la période romaine. Il s'agit essentiellement à des fragments de toiture, mais également de vaisselle de table (sigilée, terra nigra, céramique fine à engobe blanc...), de céramiques culinaires (marmite...), de poterie de stockage (dolium) ou de transport de denrées (amphore). Une plaque foyère est également à signaler. En terme chronologiques, ce mobilier se situe exclusivement dans le Haut-Empire, dès la première moitié du Ier s. de n. è. Pour les périodes plus anciennes, malgré près de 80 artefacts céramiques ou lithiques, l'attribution à une période plus précise que «Néolithique ou Protohistoire» est délicate, en raison notamment de l'aspect dégradé du mobilier. Seuls trois fragments céramiques ont été attribués aux périodes plus récentes (Moyen Age à époque contemporaine). Enfin, 43 restes n'étaient pas datables avec certitude, mais sont rattachables aux périodes historiques..Sujets:industrie lithique -- structure agraire -- drain -- fosse -- dérivée de sigillée paléochrétienne -- marmite -- dolium -- amphore -- bas-foyer Chrono:Néolithique -- Protohistoire -- Empire romain -- Haut Moyen Âge -- Bas Moyen Âge -- époque médiévale -- époque moderne -- époque contemporaine Lieux:Auvergne -- Le Puy-en-Velay Mots libres: Plaque foyère (Foyer) -- Enval (Puy-de-Dôme) .
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
(RD).63.ENV.Bet.11 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-RHA1-0001684
Paris : INRAP - Institut national de recherches archéologiques préventives
Accès réservé
RD_63_ENV_BET_2011 (Browse shelf) Not for loan Vérifier la disponibilité d'une version numérisée sur le catalogue Dolia : http://multimedia.inrap.fr/Dolia/p-17038-Accueil.htm INRAP-AUV1-0000805

La page de titre porte en plus : Rapport final d'opération. Diagnostic archéologique

Aux abords de l'agglomération riomoise, un diagnostic archéologique a été menée, à Enval, au lieudit «Les Chaumes».
Les tranchées ont permis de mettre en évidence un mur (de clôture ?), une fosse-dépotoir liée à l'ancien hôpital militaire et un grand nombre de drains agricoles.
Tous ces vestiges sont rattachables à l'époque contemporaine. L'examen des colluvions qui recouvrent le terrain, a permis néanmoins de recueillir des artéfacts antiques ou plus anciens à des profondeurs allant de -0,50 m à – 2m, et offrir une vision archéologique complémentaire.
En effet, le mobilier céramique récolté dans les différents sondages, est relativement abondant, avec plus de 300 artefacts.
Ce matériel est donc issu des couches colluvionnaires, qui se sont amassées sur le terrain pentu qui mène à l'Ambène. Sa présence n'est pas à négliger, car elle fournit des indices importants sur l'existence probable de sites archéologiques implantés sur les hauteurs qui surplombent le lotissement. Ils pourraient se trouver dès la première terrasse de l'Ambène, directement au sud-ouest de la D 405, peut-être à l'emplacement du complexe sportif ou sur le domaine militaire, dans une zone non inondable.
Près de 200 restes se rattachent directement à la période romaine. Il s'agit essentiellement à des fragments de toiture, mais également de vaisselle de table (sigilée, terra nigra, céramique fine à engobe blanc...), de céramiques culinaires (marmite...), de poterie de stockage (dolium) ou de transport de denrées (amphore).
Une plaque foyère est également à signaler. En terme chronologiques, ce mobilier se situe exclusivement dans le Haut-Empire, dès la première moitié du Ier s. de n. è.
Pour les périodes plus anciennes, malgré près de 80 artefacts céramiques ou lithiques, l'attribution à une période plus précise que «Néolithique ou Protohistoire» est délicate, en raison notamment de l'aspect dégradé du mobilier.
Seuls trois fragments céramiques ont été attribués aux périodes plus récentes (Moyen Age à époque contemporaine). Enfin, 43 restes n'étaient pas datables avec certitude, mais sont rattachables aux périodes historiques.

There are no comments for this item.

to post a comment.