site du réseau Frantiq
Normal view MARC view

Paysages et topoi dans le péplum grec contemporain [Extrait] : de l’esthétique de la ruine à sa résurrection virtuelle / Laury-Nuria André, Sophie Lécole Solnychkine

Publication : 2013 In : Anabases : traditions et réceptions de l'Antiquité , 18, p. 109-127, ISSN 1774-4296Description : 19 p.Langue : Français. Auteur principal: André, Laury-Nuria Co-auteur: Lécole Solnychkine, Sophie Collab.Résumé : Il est fréquent, dans les péplums hollywoodiens, de rencontrer, au détour d’un chemin, quelque ruine parsemée dans le paysage, comme si le signe visuel de l’Antiquité ne pouvait être que l’inscription du temps qui nous sépare d’elle. Héritage esthétique ou stéréotype, la ruine figure le signe indépassable, inscrit dans l’espace et le paysage cinématographiques, de l’Antiquité. Son utilisation relève en ce sens du paradoxe : logiquement, elle ne peut être contemporaine de la diégèse du péplum, et devrait plutôt signifier la distance temporelle qui nous sépare de l’Antiquité, donc se localiser dans notre époque. L’interrogation du statut de ces ruines permet d’observer que si leur figuration, afin de « signifier » l’antique, est une constante jusqu’aux années 2000, la décennie 2000-2010 marque quant à elle un tournant de taille. Comment comprendre en effet le passage notable, dans les films « antiquisants » de cette décennie, héritiers du péplum classique, d’une utilisation de la ruine « ruinée » comme signe de l’antique à une reconstitution virtuelle « totale » du paysage et des espaces antiques canoniques ? C’est qu’il faut voir ici la marque d’un intérêt des réalisateurs pour l’utilisation des nouvelles technologies de l’image, lesquelles permettent des reconstitutions virtuelles détaillables à l’infini. Notre article souhaite interroger ce changement de paradigme qui, à l’heure de la « mort programmée » de l’Antiquité n’identifie plus celle-ci à un champ de ruines mais, au contraire, à un espace à reconstruire ou à réinvestir, à un paysage à décrire et à re-composer. .Sujets:cinéma -- image -- esthétique -- étude du paysage -- regard sur l'Antiquité Chrono:Antiquité -- époque contemporaine Mots libres: péplum .
Current location Call number Status Date due Barcode
Besançon : ISTA - Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité
Libre accès
Cr-Per 223-18 (Browse shelf) Available

Notes bibliogr.

Il est fréquent, dans les péplums hollywoodiens, de rencontrer, au détour d’un chemin, quelque ruine parsemée dans le paysage, comme si le signe visuel de l’Antiquité ne pouvait être que l’inscription du temps qui nous sépare d’elle. Héritage esthétique ou stéréotype, la ruine figure le signe indépassable, inscrit dans l’espace et le paysage cinématographiques, de l’Antiquité. Son utilisation relève en ce sens du paradoxe : logiquement, elle ne peut être contemporaine de la diégèse du péplum, et devrait plutôt signifier la distance temporelle qui nous sépare de l’Antiquité, donc se localiser dans notre époque. L’interrogation du statut de ces ruines permet d’observer que si leur figuration, afin de « signifier » l’antique, est une constante jusqu’aux années 2000, la décennie 2000-2010 marque quant à elle un tournant de taille. Comment comprendre en effet le passage notable, dans les films « antiquisants » de cette décennie, héritiers du péplum classique, d’une utilisation de la ruine « ruinée » comme signe de l’antique à une reconstitution virtuelle « totale » du paysage et des espaces antiques canoniques ? C’est qu’il faut voir ici la marque d’un intérêt des réalisateurs pour l’utilisation des nouvelles technologies de l’image, lesquelles permettent des reconstitutions virtuelles détaillables à l’infini. Notre article souhaite interroger ce changement de paradigme qui, à l’heure de la « mort programmée » de l’Antiquité n’identifie plus celle-ci à un champ de ruines mais, au contraire, à un espace à reconstruire ou à réinvestir, à un paysage à décrire et à re-composer.

There are no comments for this item.

to post a comment.